La destruction

“Mon chien détruit tout”

On trouve de plus en plus souvent sur les réseaux sociaux ce genre d’appel à l’aide d’un humain dépassé par les réactions de son chien.

A la suite de ce genre de message, s’en suivent des dizaines voir même des centaines de commentaires ou chacun donne son avis, son expérience, le tout entre-coupé de protocole clé en main pour transformer les monstres avides de canapés en chiens domestiques parfaits.
Et si ça ne suffit pas on n’hésite pas à vous conseiller des huiles essentielles, de la fleur de Bach, et autres remèdes  sans avoir finalement la moindre idée du problème de votre chien.

Si chaque participant est probablement de bonne foi, il n’en est pas forcement qualifié pour vous venir en aide.

Si votre enfant a 40 de fièvre, iriez-vous demander à la pharmacie les mêmes huiles essentielles que celle de mamie Jeannine “qui ont si bien marché pour elle” ?

J’ose espérer que non ! J’ose espérer que vous chercheriez la cause de la maladie (et avec un médecin c’est encore mieux) plutôt que de vous battre contre juste le symptôme qu’est la fièvre.

Il devrait en être de même pour les chiens.

Les troubles du comportement (et ils sont nombreux) peuvent tous avoir des causes multiples, et pour améliorer la situation, il va être indispensable de comprendre ce qui est à l’origine de cette situation.

On associe systématiquement, ou presque, la destruction à l’anxiété de séparation ou au manque d’activité, on vous copie colle un protocole clé en main vous expliquant comment sortir de chez vous et incluant un programme d’entrainement digne d’un sportif de haut niveau, et hop y’a plus qu’a attendre le miracle.

Le fait est que la destruction peut faire suite à bien des situations différentes.

Un chien peut détruire par peur, par frustration (femelle en chaleur à proximité par exemple), par ennui, par besoin d’attention, pour découvrir son nouvel environnement (fréquent chez les chiots), par stress (bruits soudains provenant d’un chantier proche du domicile..), excitation, trouble du comportement diagnostiqué (HS-HA), douleur,  et bien sûr par manque d’activité et anxiété de séparation, etc…

Lorsque vous êtes face à un problème de ce type avec votre chien, avant de chercher la solution chercher donc plutôt les causes, et posez-vous un maximum de questions.
Est-ce nouveau ?
Est-ce que mon chien est jeune et découvre son univers ?
Est-ce que mon comportement a changé?
Est-ce que mon emploi du temps / mes habitudes ont changé ? (bébé, nouvel arrivant dans la famille, nouveau job)
Est-ce que mon chien vient d’atteindre la puberté ?
Est-ce qu’il y’a de nouveaux chiens dans le quartier ?
Est-ce qu’il y’a des travaux à proximité de chez moi ?
D’autres choses ont elles changé dans le comportement de mon chien ?

Si vous avez du mal à identifier la source possible du mal-être de votre chien, n’hésitez pas à vous faire aider d’un professionnel compétent (une séance ou deux peuvent suffire et coûtent souvent moins cher que deux téléphones et un canapé mangé )

Le plus dur n’étant pas forcement de mettre en place des actions efficaces mais plutôt d’identifier quelles actions mettre en place en fonction de la cause du problème.

Le but ici n’est pas seulement d’empêcher le chien de faire des bêtises mais plutôt de faire en sorte qu’il soit suffisamment à l’aise dans ses pattes pour ne pas avoir besoin de saccager votre habitation.
Traitons les causes, pas les symptomes !

J’ai pris ici l’exemple de la destruction, mais c’est tout aussi valable (même peut être plus) pour les aboiements, les fugues, l’agressivité, etc….

Chaque chien est différent, les méthodes de travail doivent l’être aussi !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *