Mon ptit loup

“Les origines du chien”, un sujet qui à fait couler beaucoup d’encre.
D’année en année ce qu’on pensait avoir acquis avec certitude est remis en question.

Un peu d’histoire

Depuis 1907 et jusqu’en 2012 nous étions persuadé que le loup avait été domestiqué par l’homme il y a 14 000 ans (la fin du Paléolithique). Puis en 2012 le chien de l’Altaï à été découvert. Un chien qui à vécu il y a 33 000 ans.
L’apparition du chien de l’Altaï remet en question la domestication telle qu’on l’avait imaginée. En effet, si on peut imaginer une domestication du chien au moment ou l’homme se sédentarise, cela reste difficile à imaginer pour une population nomade.

Aujourd’hui le “loup ancêtre du chien” est une théorie fortement remise en question, et il est possible que l’avenir nous réserve bien d’autres découvertes en ce sens.

Mais tenons nous en à ce que l’on tient pour acquis aujourd’hui et partons du principe que notre chien familier soit un descendant plus ou moins lointain du loup.

westiechihuahuas

Bon, bien sûr, dans certains cas, cela demande plus d’imagination que pour d’autres…

Education

C’est à partir de ce postulat incertain que certaines méthodes d’éducations canines ont vu le jour depuis les années 70.
Vous avez tous déjà entendu parler de la dominance, de la hiérarchie, du chef de meute, de l’alpha et j’en passe. Tout cela à pour base le soi-disant comportement du loup.

Utiliser le comportement du loup pour éduquer un chien est une idée qui comporte tout de même quelques failles.
Si on appliquait cette méthode sur nous même nous devrions éduquer nos enfants en nous basant sur ce que font les chimpanzés. D’un coup cela semble moins évident non ? Pourtant c’est exactement la même chose.

Le loup et le chien sont aujourd’hui deux espèces distinctes.
Et le chien qui habite nos maisons (le chien familier) est lui même sensiblement différent des chiens sauvages que l’on trouve dans certains pays.
Le loup est animal libre, qui, lorsqu’il n’est pas solitaire, vit en meute et utilise sa meute pour chasser en groupe, indispensable pour sa survie dans des contrées dont les proies sont majoritairement de gros mammifères. Dans des régions plus hospitalières (comme les montagnes françaises, pourvoyeuses de troupeau de brebis), le loup peut chasser seul.
Le chien familier est un animal captif qui ne chasse plus pour se nourrir et qui est dépendant de l’homme pour sa survie.

Malgré ces différences significatives, des méthodes d’éducations ont été mises en place en partant du principe que l’homme devait se placer en chef de meute dans sa maison et s’imposer en tant que tel auprès de son chien.

Le soucis c’est que ces méthodes ont été appliquées en partant du principe que le chien pourrait faire le lien entre son mode de vie et le nôtre.

Prenons des exemples

Le mâle alpha mange en premier.
Ce postulat est partiellement faux, puisque si la nourriture est limitée, les femelles gestantes et les jeunes pourront être les premiers à manger.
Les repas chez le loup, ont lieu quand une proie est tuée, ce qui arrive rarement 3 fois par jour à heure fixe.
Si votre chien mange le matin, donc après le petit déjeuner de l’humain, mâle alpha de la maison, que ce passe t-il quand l’ado se lève à 11h ? Quand vous allez repasser a table à midi puis à 20h ?
Poussons le raisonnement un peu plus loin. Le chien est il réellement capable de mettre sur un pied d’égalité une gamelle de croquette posée au sol et une salade vinaigrette mangée à table dans une assiette ?
Rien n’est moins sûr ….

Le mâle alpha a le droit de se reproduire.
En bon chef de famille dominant, il faudrait saillir, devant son chien, les femelles en chaleur que l’on rencontre, histoire de bien lui rappeler qui est le chef.

Le mâle alpha ouvre la marche.
Une fois encore des études faites sur des loups observés dans des parcs animaliers semblent aller à l’encontre de cet adage. Il semblerait que les plus vieux loups ouvrent la marche, sans doute pour imposer un rythme qui leur convient.
A partir de cette idée on va vu se mettre en place une pratique éducative qui consiste à passer les portes devant le chien.
Au quotidien j’imagine que c’est un peu contraignant de toujours avoir son chien à l’œil pour se jeter dans chaque porte dès que le chien décide de changer de pièce. Dans la pratique je me demande quand même comment on a pu en arriver à penser que la porte peut devenir l’équivalent de la dominance dans le mode déplacement d’une meute de loup….

On remarque que globalement les grands concepts tirés de l’étude des loups sont de plus en plus remis en cause dès lors que nos connaissances augmentent et qu’ils sont difficilement applicables au chien familier.

Il est peut-être temps de traiter nos chiens comme des chiens et non plus comme des loups.

Je vous recommande vivement le livre  Dominance, mythe ou réalité de Barry Eaton qui parle de sujet avec beaucoup de justesse

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *