Menons les par le bout du nez

Ce n’est un secret pour personne, l’odorat du chien est un super pouvoir.
Un super pouvoir que l’homme n’a pas hésité à mettre à son service pour différentes recherches (truffes, explosifs, drogues, personnes, depuis peu le cancer)

L’odorat, contrairement à l’ouïe et à la vue est un sens présent dès la naissance du chiot. On estime l’odorat du chien comme étant au moins 1000 fois supérieur au nôtre, mais au quotidien, bien trop souvent nous sous-estimons l’importance de ce sens.

Le chien perçoit le monde en grande partie grâce à son flair, c’est comme ça qu’il identifie ses congénères (mâles ou femelles), qu’il ressent vos sentiments et c’est également ainsi qu’il retrouve le chemin de la maison. Un chien sans odorat serait privé de moyen de communication avec ses semblables et lourdement handicapé au quotidien.

Il n’est pas rare de voir un maître s’agacer et tirer sur la laisse d’un chien arrêté la truffe au vent ou le museau collé au sol. Cet agacement vient d’une mauvaise compréhension de l’action du chien “il ne va pas passer 3h ici à ne rien faire”.
Il ne fait pas “rien” ! Votre chien est un “médium”, il lit le passé, le présent et l’avenir avec son nez, forcément ça demande un peu de temps.
Il sait exactement qui est passé ici ce matin, il sait que votre voisin et son chien viennent de tourner dans la rue à droite et que la boulangère arrivera derrière vous dans quelques minutes, et tout ça il le sait grâce à sa truffe.

On observe d’autres réactions d’énervement quand un chien part le nez au sol en ignorant totalement son maître qui pourtant s’époumone pour rappeler son compagnon à quatre pattes.
De toute évidence il y a des chiens qui semblent plus intéressés par ce que leur nez peut leur apprendre que par la balade telle que le maître l’avait imaginée.

Flairer est une activité passionnante pour le chien, il est important de lui accorder le temps de s’informer de cette façon sur son environnement.

L’inconvénient d’avoir un sens aussi développé c’est qu’il est vite perturbé par nos modes de vie. Imaginez pour un chien capable de sentir plus de 100 odeurs dans votre appartement ce qu’il doit vivre quand vous mettez un bâton d’encens ou que vous vous badigeonnez de parfum ou pire, quand VOUS le parfumez LUI!
Quand vous achetez un shampoing pour chien, autant que possible prenez le sans parfum, ne parfumez pas votre chien, vous ne ferez que le perturber inutilement.
Dans la même lignée on peut évoquer les colliers à la citronnelle, vous savez ces colliers “inoffensifs”. Imaginez que certaines de vos actions ou de vos paroles vous privent sans prévenir d’un vos sens principaux (la vue et l’ouïe pour nous) pendant plusieurs minutes voire plusieurs dizaines de minutes.
C’est extrêmement traumatisant et handicapant pour le chien, sans doute au moins aussi cruel qu’un collier électrique.

Mais passons à des choses plus réjouissantes. On peut tirer parti du flair de nos compagnons.

Flairer est une activité à part entière pour le chien. Elle est particulièrement intéressante aussi pour nous. En effet, elle est consommatrice d’énergie pour le chien car elle lui demande une grande concentration, plutôt que de passer une heure en promenade quand il pleut des cordes dehors, proposons lui des jeux ou il peut utiliser son flair, cela permettra de :

  • Varier les activités du chien
  • Satisfaire un besoin important pour le chien
  • Fatiguer le chien mentalement

Un des jeux les plus facile à mettre en place est sans doute le jeu du “cherche”.
Le principe est de cacher des friandises dans la maison et de laisser le chien les chercher.
Ce jeu va permettre d’apprendre ou renforcer le “pas bouger” et va utiliser le flair et les fonctions motrices du chien.
Pour lui apprendre, faites le asseoir, immobilisez le (demander à quelqu’un de le tenir si besoin), placez une friandise (une friandise particulièrement appétente pour le chien) dans son champs de vision mais à plusieurs mètres de lui.
Après quelques secondes dites lui “cherche” (si quelqu’un le tien, il faut le libérer aussitôt).
Une fois que le chien a assimilé le “cherche” à une action type “je fonce sur le bonbon” vous allez pouvoir placer le bonbon plus loin et/ou hors de sa vue (dans la pièce d’à côté par exemple, mais toujours à un endroit facilement accessible)
Au bout de quelques entrainement vous allez pouvoir cacher la friandise (sur une chaise, derrière une porte, sous un meuble,sous le bord d’un tapis, etc…)
A termes vous pourrez cacher plusieurs friandises et des friandises différentes.
Lorsque vous avez dissimulé 10 ou 15 friandises dans la maison, vous n’avez plus qu’à vous installer confortablement et regarder votre chien passer chaque coin et recoin au peigne fin tout en se laissant guidé par sa truffe.

Il est également possible d’apprendre au chien à renverser un gobelet en plastique sous lequel se trouve un bonbon.
Pour l’apprentissage le bord du gobelet doit reposer sur le bonbon jusqu’à ce que le chien comprenne qu’il peut pousser le gobelet pour accéder à la friandise. Une fois la mécanique acquise vous pouvez cacher complètement le bonbon sous le gobelet, et ensuite rajouter des gobelets sans bonbon

Pour les chiens qui mangent des croquettes vous pouvez les disposer sur un tapis de fouille (snuffle), le chien passera plus de temps à manger et utilisera son flair pour son repas.
Si vous avez un jardin, éparpillez simplement ses croquettes dans l’herbe et laisse le chercher (mais pensez à le rentrer à la fin du repas pour éviter les retournements d’estomac)
Les snuffles existent tout fait (Tapis snuffleamazon) mais coûte relativement cher. Sinon avec un simple Caillebotis Caoutchoucamazon et quelques vieux vêtement vous pouvez le réaliser vous même (tutoriel disponible ici : https://lejardindesnow.fr/snuffle-mat/)

Ou sinon de manière très simple, vous pouvez jouer à cache cache avec votre chien, récompensez le avec des friandises en vous cachant tout près de lui au début et complexifiez les cachettes dès que le principe est acquis. Ce jeu fera fureur auprès des enfants qui sont facilement impressionnés par la rapidité du chien à les retrouver

Pour aller plus loin je vous conseille la lecture d’un des rares livres traduit en français de l’éthologue Alexandra Horowitz, Dans la peau d’un chienamazon

Un livre qui vous permettra de comprendre comment votre chien voit le monde et donc de changer le point de vue que vous portez sur votre chien.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *